Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 05 décembre 2016

Déontologie, mon cul !

Catherine Matausch, femme-tronc de service sur France 3, plantée là depuis des années avec notre pognon, bien formatée bien formateuse, gentille gendarmette servile de la pensée unique, à cracher et recracher ses laius tout bien exactement comme on lui a dit de faire à la Conférence de Rédaction d’avant son Journal du Soir : là tu souris, ma poule, là tu fais la gueule, un’ deusse, un’ deusse et en avant la musique…
La Matausch donc nous causait, vendredi ou samedi soir, du referendum en Italie où le Matteo Renzi, bien propre sur lui, allait probablement se faire démolir la carrière en moins de temps qu’il n’en faut pour torcher une pizza, et cela, horresco referens, au profit du mouvement « Cinque Stelle » de Beppe Grillo ou de la très droitière « Lega Nord » de Matteo Salvini, deux infames partis « populistes ». Et l’on imagine toute la rédaction de France 3 tremblante de peur sous la moquette devant la Bête qui monte, qui monte, qui monte même au-delà des Alpes et qui risque de casser la baraque des nantis et des pourris réunis de la politique et des médias…
Et la Matausch donc, au lieu de dire tout simplement ce qu’elle aurait dû dire : « Elections incertaines, serrées, hasardeuses, problématiques ou tendues », ce qui est bien la seule façon honnête et déontologiquement compatible de parler de la chose, la Matausch donc d’y aller, la voix grave et le regard inquiet, de ses « Elections à très très haut risque » en boucle, comme si elle était là, la salope, pour nous dire qu’elle et sa chaîne de merde étaient toute dans le camp de Renzi et qu’il fallait fissa que nous en fîssions autant, et comme si c’était à elle de nous dire dans cette affaire où est le risque et où est la chance… Mais ils se prennent pour qui ces connards !
C’est ça la connivence ordinaire des médias et de la pensée unique, tellement ordinaire et tellement naturelle qu’ils s’en rendent même plus compte et qu’on l’étonnerait sans doute, Cathy la Soumise, si on lui disait de s’occuper de son cul plutôt que de nous dire pour qui on doit voter…

Lou...

Écrire un commentaire