Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 novembre 2017

Balance ta merde !

C’est qui, au fait, tout cet immense chœur des pleureuses, des outrées, des dolentes, des révoltées et leurs collègues masculins solidaires et révoltés itou par le déferlement de harcèlement sexuel et de main balladeuse qui soudain, mais depuis des lustres, rend invivable la vie des femmes ? Oui, c’est qui ?
C’est soit les politiques, soit les journalistes, c’est-à-dire les deux professions qui, bien sûr, connaissaient par cœur et depuis longtemps les frasques de DSK ou celles de Baupin ou de Lassalle ou de qui vous voulez… Et tous ces connards qui, maintenant que les réseaux sociaux ont parlé, se la jouent justiciers à moraline plus blanc que blancs, pères et mères la pudeur effarouchés et balanceurs de porcs tous azimuts, tous ces connards et connardes savaient tout de A à Z depuis des années mais se gardaient bien de lâcher le morceau, peur de perdre de juteuses places ou de se faire virer par le rédac chef…
Ah ! les deux belles professions de salopards donneurs de leçons, déontologues patentés, qui ont fermé leur clapet des années durant, ont participé plein pot à l’omerta généralisée et qui soudain, le vent ayant tourné et la mode aidant, se font les chantres de la délation, du mouchardage, de la dénonciation citoyenne, comme au plus beau temps de ce qu’ils appellent ordinairement en se pinçant le nez : les années sombres de notre histoire…
Et c’est ça qui nous représente… Et c’est ça qui nous informe.. Beuark !!

mercredi, 15 novembre 2017

Rissolé...

Ah ! la jolie petite fiente médiatique bien propre sur elle, gendre idéal de la boboïdie bien-pensante, issu, qui plus est, de la sacro-sainte diversité, Karim Rissouli, animateur en chef de l’émission CPolitique, sur la 5, le dimanche à 18 h 30…
Et donc, ce dimanche, justement, entre autres séquences, une consacrée à l’inévitable harcèlement sexuel qui est en train de devenir le « marronnier » de tous les médias. Et le Karim et son équipe de propagandistes fous avaient donc décidé de causer du harcèlement sexuel en milieu politique…
Que croyez-vous qu’il arriva ? Ce fut le FN qui morfla !
Car la séquence, naturlich, s’ouvrit sur une sombre histoire de harcèlement homo lié au FN, avec clair-obscur super chiadé et bande-son pathétique en prime, et se ferma sur le même témoignage déchirant de jean trop serré et de main au cul baladeuse à souhait appartenant à quelque pervers ordinaire du FN…

Ainsi, il y a 577 députés dans notre beau pays, et 348 sénateurs, ce qui fait donc 925 possibilités d’histoires de cul… Sur ce nombre, il doit y avoir au grand maximum une dizaine de parlementaires FN, mais la petite merde rissolienne, au lieu d’aller voir du côté du PS de DSK ou des Verts de Baupin ou du côté de chez Bayrou ou des LR ou des joyeux Marcheurs de Macron, est justement allée chercher côté FN pour ouvrir et fermer sa séquence, histoire de bien marquer les esprits en ouverture et de re-bien les marquer en fermeture pour que le populo se mette profond dans le crâne que ce parti est un parti de salopards, de harceleurs, de tantouzes et de prédateurs… Bref, toujours et encore la Bête immonde qu’il faut à tout prix éliminer… Et toujours la même Propaganda Staffel de haute époque dans les télés et radios publiques… Et le pourri Karim recevra sans doute très bientôt de ses pairs l’Oscar ou le César du professionnalisme le plus exquis et de la déontologie la plus authentique.. Beuark…

Lou...

mardi, 14 novembre 2017

Joffrin for ever...

Allez, pour une fois, hommage à Joffrin (et oui, tout arrive… un petit coup de fatigue sans doute…), Joffrin qui, sur la nouvelle tarte à la crème des bobo-féministes à la con : l’écriture inclusive, écrit quelque chose d’intelligent, argumenté, plein de bon sens et percutant qu’on peut se donner la peine, mais surtout le plaisir, de lire en entier :


« Changer la langue, pourquoi pas ? Elle change tout le temps. L’Académie française n’y peut pas grand-chose. Elle s’est illustrée par son habileté en donnant aux partisans de «l’écriture inclusive», destinée à rendre aux femmes leur place légitime dans l’usage du français, un argument en or. Ainsi ce sont les croûtons chamarrés qui s’opposent à la réforme : c’est donc qu’elle est de toute évidence progressiste. Voilà un service rendu à la cause féministe…
Il faut aller un peu plus loin. Rationaliser les accords, féminiser les titres professionnels, éliminer les expressions ou les règles évidemment machistes : cela se conçoit très bien. Mais il est une proposition à laquelle tout défenseur de la langue française doit s’opposer avec la plus grande énergie : le «point médian». Cette intempestive prolifération des «·e» et des «·s» est absurde. Elle est doublement illisible : dès qu’on dépasse les deux occurrences par paragraphe, le texte ralentit automatiquement la lecture en accrochant l’œil par une succession de protubérances grotesques ; et il est impossible de la lire à haute voix. Essayez : comment prononce-t-on «les avocat·e·s» ? Faut-il dire «les avocats» ? On supprime dans ce cas le féminin pourtant écrit noir sur blanc. «Les avocates» ? On élimine le masculin, ce qui va tout de même un peu au-delà des ambitions de la réforme. «Les avocateuesses» ? Elégance rare. «Les av ocat, point e point s» ? Commode…
Résistance machiste ? Conservatisme obtus ? Argument facile et idiot. Toujours cette intolérance sommaire des militants, en permanence prêts à sacrifier le beau au bien… La création d’une novlangue bien-pensante servira-t-elle vraiment la cause des femmes ? Elle aura pour effet immédiat de diviser la population, de déclencher une sorte de guerre civile sémantique qui fera perdre beaucoup de temps à tout le monde. Pour introduire l’écriture inclusive, il faudrait commencer par exclure ceux qui pensent mal ? D’ailleurs les langues où ces questions d’accord ne se posent pas (elles sont nombreuses à ne pas accorder les adjectifs ou à utiliser le neutre) ont-elles favorisé l’émancipation féminine ? On doute…
Un essai pour voir. Soyons un instant «inclusifs» jusqu’au «point médian» : revient-il aux militant·e·s de décréter la langue ? La langue parlée par les un·e·s et les autres (autre·e·s ou autres ?) doit-elle obéir aux oukases (oukase·e·s ?) des théoricien·e·nes politiquement correct·e·s ?, des leader·euse·s champion·ne·s parmi les bien-pensant·e·s. Ne risque-t-on pas l’émergence d’un charabia digne des précieux·se·s ridicules, combattu·e·s par d’aussi caricaturaux·ales vieux·ieilles barbon·ne·s réactionnaires ? Joli débat… Et la littérature ? Faudra-t-il rebaptiser quelques romans ? Les Possédé·e·s de Dostoïevski ; Les Plaideur·se·s de Racine, etc. Il y a sûrement d’autres possibilités, plus élégantes, que des grammairiens ouverts pourraient proposer. Dans le cas inverse, on passe de Simone de Beauvoir à Orwell. Il y a mieux à faire pour les partisan·e·s de l’égalité… »

dimanche, 12 novembre 2017

Les Mutins..., putain !

Ah ! faut la voir et l’entendre toute la clique des ordures médiatiques pleine aux as et bien accrochée comme une arapède à son sacerdoce de propagande idéologique non stop, faut la voir traiter, avec le pathos de rigueur, les larmes feintes et la voix en écharpe, traiter, dis-je, des mutins de 1917 !
Tous des héros, bien sûr, des rebelles, des courageux, des exemplaires, dont il faut à tout prix redorer le blason, rétablir la mémoire et hisser haut sur les autels la trace de leurs hauts-faits inénarrables.
Et tous ces salopards de journaleux, douillettement planqués dans leurs studios climatisés (cf le « Journal » de la 2, y a pas une heure), de cracher leurs glaviots délicats sur l’armée, sur les gradés, sur la justice militaire… sans oublier bien sûr l’inévitable couplet sur Pétain (Pétain qui, aux dire même de ses soldats, fut le plus humain des chefs, le plus soucieux de leur condition..), Pétain, responsable, naturellement, des plus pires horreurs de la boucherie nationale et probablement déjà, en 1917, cherchant sur une carte où pouvait bien se trouver Montoire…
Et, pour le bon poids, tous ces reportages à la gloire des mutins ne sauraient se dérouler sans la bande son ad hoc où ne manquent jamais, en fond sonore, quelques gentils couplets d’une "Internationale" qui fut, est et restera l’hymne des cent millions de morts de l’immense et généreuse et humanitaire aventure du communisme international… !
Petite question subsidiaire à ces connards de journaleux qui bavent devant les mutins juste après avoir admiré la détermination sans faille d’un Macron en posture de majestueux chef de guerre anti-Daech : qu’est-ce que vous en faîtes des un million quatre cent mille morts de cette guerre de 14 si mal préparée par la 3° République pourrie et pourrissante ? Si les autres sont des héros, eux c’était quoi ? Des lavettes, des pleutres, des obéissants, des soumis, des résignés ? Et la geste héroïque de ces centaines de milliers de soldats français qui se sont battus jusqu’au bout, au péril de leur vie, par amour de leur pays, par solidarité avec les copains, par respect envers eux-mêmes, pour que la France conserve sa liberté et ne soit pas soumise au joug allemand, c’est quand que vous nous la racontez ?

lundi, 08 mai 2017

Saluons Macron...

EM comme Emmanuel Macron,
Emmerdement Maximum,
Election Médiatique,
Etrange Marionnette,
Etonnamment Moderne,
Envahissement Migratoire,
Entreprise Mercantile,
Embrassons Merkel,
Enfumage Médiatique,
Europe de Merde
Elysée Mammon,
Et Maintenant.. ??

mercredi, 03 mai 2017

Brahim Bouarram récupéré...

22 ans que Brahim Bouarram est mort noyé dans la Seine un soir de 1° mai, à cause d’un jeune con de 19 ans, en marge d’un cortège du FN…
Et depuis 21 ans Emmanuel Macron passait chaque soirée de 1° mai bien tranquille à la maison, sur les genoux de la mère Trogneux, à siroter quelque rare et inoubliable ouisqui en compagnie de son pote Drahi et de Tonton Rothschild qui était assez sympa pour amener le caviar, tout cela en se souciant comme d’une guigne de la famille Bouarram dont ils ignoraient jusqu’au nom et dont ils avaient d’ailleurs, les uns et les autres, absolument rien à foutre…
Oui mais voilà, on est en 2017 et les choses sont plus tout à fait les mêmes, et claquer la bise à la famille Bouarram en prime time sur toutes les chaînes et journaux de son pote Drahi (BFM TV, RMC, L’Express, Libération) en évoquant le 1° mai 1995, ça pourrait faire mignon sur la carte de visite et rapporter gros électoralement parlant…
Alors le Manu, bien cornaqué par Delanoé et l’armée de communicants attachés à ses basques, le Manu donc va d’abord larmoyer à Oradour sur Glane, ça c’est pour les voix des derniers FTP, FFI et résistantialistes de tout poil, puis pleurs de circonstance au Mémorial de la Shoah, histoire d’engranger les voix de la communauté juive et de la Licra et leur rappeler quand même qu’entre 2010 et 2012 il a bien servi les intérêts rothschildiens et qu’en 2014 il a fait le job auprès de Patrick Drahi, et enfin bise maghrébino-lacrymale sur les quais de Seine, histoire de récupérer les voix des Potes à la main jaune et d’apprivoiser l’inévitable Sopo…
On lui aurait dit d’aller s’incliner sur le mémorial aux Harkis, malgré le « crime contre l’humanité que fut la colonisation », ce connard y serait allé séance tenante avec son éternel sourire de gendre idéal, et y aurait un monument au dinosaure inconnu, il serait déjà à genoux vêtu des fourrures de sa mère… euh… de sa femme, en train de graver les noms de Borloo, Bayrou, Hue et Cohn-Bendit sur le seuil de la grotte en grognant EM comme un Johnny moribond… Beuark...


mardi, 02 mai 2017

Flics au Feu !

Imaginons cinq minutes qu’une crapule antifa ou un connard blackbloqué se soit fait cramer la gueule grave, hier, par une lacrymo tirée par les flics, que n’eût-on pas lu, vu et entendu dans tous les médias ! Ouverture de tous les JT sur le pauvre archange fracassé, Hollande et Cazeneuve agenouillés grand deuil au pied du lit de douleur du gentil rebelle, des manifs partout, bagnoles cramés par centaines, abribus en miettes, les artistes interrompant leurs vernissages caviar pour pétitionner plein pot, les intellos multipliant les Tribunes, Joffrin en larmes se fendant d’une Une de chez Roblot que plus funèbre que moi tu meurs et Christine Angot en furibarde de prime time mangeant ses morts devant Pujadas contre la barbarie répressive du gouvernement de François Fillon…
Oui, mais voilà, ça n’était qu’un flic, même pas pédé si ça se trouve, ni black ni rebeu, juste un pauvre petit con de flic tout blanc, pâle, blême, peut-être même un humble père de famille et peut-être même pas « Charlie »… Alors, bon, ok, la compassion ça va cinq minutes, mais y a quand même des priorités… Beuark !

vendredi, 28 avril 2017

Vive les Journalistes !!

Une fois n’est pas coutume, oyez donc, braves gens, ce cri inhabituel de votre Lou préférée qui en est toute retournée : « Vive les Journalistes ! »
Enfin, bon, attention, pas tous bien sûr… mais deux, aujourd’hui, y a à peine une heure, sur France 3 Provence-Alpes (c’est là qu’il faut aller y voir de toute urgence : http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/videos ), deux journalistes pour une fois tout simplement honnêtes… Deux journalistes qui semblent n’avoir rien à voir avec les ordures partisanes et sectaires genre Pujadas, Bouleau, Pulvar, Demorand, Joffrin, Bourdin, etc… deux journalistes qui interviewent Marine Le Pen tranquillement, sans le rictus obligatoire ni la pince à linge collée sur le tarin, tranquillement, dans la sérénité, sans pour autant lui servir la soupe mais sans non plus chercher à tout prix le buzz qui tue, le scoop qui tape, sans chercher à la faire déraper, sans lui couper la parole toutes les trois secondes, deux journalistes qui lui demandent tout simplement d’expliquer son programme, ses mesures… bref, ce qui devrait être l’ordinaire et le normal de ce métier qui pourrait alors, peut-être, redevenir ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être : un vrai métier d’information, d’éclaircissement, d’explication et de débat pour une fois véritablement démocratique…
Notez bien le nom de ces deux exceptions remarquables : Henri Migout, pour FR3 et Laurent Vareille pour France-Bleu… Et soyez attentifs, ça m’étonnerait pas que les épurateurs fous de la bien-pensance médiatique les envoient vite se fader les chiens écrasés au fin fond de la Creuse pour leur apprendre à respecter les codes et consignes de la pensée unique... Beuark… !
Ah ! Soyez gentils, faites donc suivre le lien le plus possible, histoire de montrer au populo le visage apaisée d'une femme d'Etat...

lundi, 17 avril 2017

Médias de Merde.. Tous pourris...

Dernière ligne droite… Ça y est, les ordures médiatiques sortent l’artillerie lourde… Tous ces démocrates pur jus, ces champions du divers, du pluriel, du différent, ces rois du débat, de l’échange intellectuel, de la confrontation des idées, tous ces insoumis, insolents, rebelles et révoltés, tous au garde-à-vous comme un seul homme, serviles, vautrés, dociles, obéissant à cet impératif venu de nulle part et pourtant tellement efficace : Feu sur Marine !
Et de France-Cul à France-Inter, de Joffrin à Ruquier, d’Elkabbach à la Pulvarde, de la 2 à la 6, d’Arte à LCP, les voilà tous en campagne, à biaiser de toutes les façons avec la soi-disant égalité des temps de parole, à choisir bien consciencieusement le méchant cadrage qui tue, la sale photo qui dézingue, le pourri profil qui assassine afin de mieux faire reculer la Bête qui monte… !
Etrange, quand même, ces jours-ci, comme ils donnent si volontiers la parole aux petits candidats, à ceux qui feront même pas 1% des voix, les Poutou, les Artaud, les Cheminade… Et pas pour leur demander des éclaircissements sur leur programme, les questionner sur telle ou telle mesure, leur faire préciser leur pensée, non, ce qu’on leur demande et qu’on orchestre bien plein écran et micros à donfe, c’est juste de cracher sur Marine, de la traiter ici de riche bourgeoise, là de xénophobe, ailleurs de populiste… histoire de retenir quelques mains qui risqueraient de glisser dans l’urne le bulletin interdit !
Si vous voulez entendre ou lire enfin autre chose que la propagande éhontée des médias, allez donc cinq minutes lire ça : http://www.bvoltaire.fr/francais-veulent-se-sentir-a-nouveau-proprietaires-de-france/?mc_cid=4e4d0a5173&mc_eid=9762e6af85 et puis, dimanche, avant d’aller à la pêche, courez vite voter pour la Marine nationale… ne serait-ce que pour voir un rictus d’effroi déformer leurs sales gueules…
Lou...

lundi, 27 mars 2017

Barnum sidatesque...

Ah ! comme ils étaient beaux, tout le week-end, sur tous les plateaux, toutes les chaînes, tous les micros, comme ils étaient beaux nos rebelles auto-proclamés, nos insolents, nos insoumis, à arborer tous au garde-à-vous, comme un seul homme, sous la baguette d’on ne sait quel chef d’orchestre invisible, le si joli, si séant et si politiquement correct petit pin’s rouge, légion d’horreur remise par le LGBT Circus, sésame de la bien-pensance, gris-gris des dociles, talisman des obéissants…
Ah ! comme ils étaient beaux, nos « mutins de Panurge » (merci Murray !) si benoîtement rangés pour affirmer leur solidarité sidaïque et venir taper la charité du populo, comme de vulgaires dames patronnesses, contre la seule maladie que tout un chacun peut éviter facilement, dans au moins 90% des cas, soit par l’abstinence, soit par des comportements sexuels normaux, soit par des protections en libre accès dans toutes les bonnes pharmacies…
Et pendant ce temps, les sclérosés en plaque, les mucoviscidosiens, les Parkinsoniens, les diabétiques, les périarthritiques, tous ceux qui se prennent la maladie dans la gueule sans savoir d’où elle vient, c’est quand qu’on leur consacre 48 h de barnum généralisé et de pin’s à la boutonnière pour essayer de soulager leur quotidien ?
On est pas tous égaux devant la maladie…. On est surtout pas tous égaux devant la médiatisation de la maladie…
Et au fait, le Bergé, premier homo de France, avec sa fortune colossale, sa militance gay et sa générosité progressiste, il les sort quand les biffetons pour soigner ses copains elgébétistes ? Sa fortune est évalué à 120 millions, paraît-il, et le barnum du week-end a rapporté 4 millions, et ce connard est pas foutu, à 86 balais, de lâcher un peu d’oseille et de mobiliser ses potes pleins aux as pour nous éviter 48 heures de fausse philanthropie dégoulinante… Beuark...

samedi, 25 mars 2017

Madame Angot... Opérette de Charles Lecoq !!

Pigiste de Libé
pour cent mille biff’tons
ell’ voulait se payer
le candidat Fillon.
Du bon côté du manche,
bien que sodomisée,
comme elle a carte blanche
ell’ va se déchaîner

Impolie, pas très jolie,
possédant un gros magot,
assez veule, grande gueule,
telle était Christine Angot.

Sur ses chevaux ell’ monte
se donnant de grands airs :
« Dis, Fillon, t’as pas honte
de ces costards offerts,
de Pénélop’ fictive
et des deux avocats ? »
Prends ça dans les gencives
la justicièr’ c’est moi…

Foll’ de rage, elle bave
et monologue plein pot,
mêm’ Pujadas ne peut faire
reculer Christine Angot.

On eut aimé l’entendre
sur la perruque à Flamby
mais elle est un peu trop tendre
pour charger la Socialie.
Et la blanche justicière,
par Marine terrorisée
va vit’ toucher le salaire
de son show télévisé.

Impolie, pas très jolie,
possédant un gros magot,
assez veule, grande gueule,
telle était Christine Angot…








mardi, 07 mars 2017

Barbier de Service...

Allez donc lire l’édito de merde du grand merdiatique à l’écharpe rouge, Christophe Barbier, dans l’Express du 22 au 28 février… Le titre déjà : « A tous ceux qui envisagent Le Pen ». On remarque qu’avec une rare élégance, Ducon a supprimé le Marine ou le Madame qui aurait risqué de faire trop gentil auprès des financeurs associés Laufer et Drahi et des capitalistes qui tirent les ficelles de Môssieur l’Editorialiste indépendant…
Et puis, au long de sa laborieuse démonstration, le Barbier de service en vient à écrire ceci : « …une fois installées, les démocratures sont aussi difficiles à déboulonner que les statues de leurs autocrates plébiscités ».
Et la démocrature merdiatique dont il est, lui, le fleuron le plus indéboulonnable, il nous en parle quand le beau Christophe ? Sa présence un jour sur deux à C dans l’air, sa présence quotidienne sur BFM ou sur I-télé, sa présence hebdomadaire dans l’Express, sa présence indispensable sur tous les plateaux de chaque émission politique… c’est quoi, ça, Môssieur Barbier, ça s’appelle comment ce monopole barbiéresque dans tous les médias, c’est la démocratie ou la démocrature ? C’est de la démocratie, du pluralisme, de la diversité, quand le même connard, accompagné de quelques autres provenant des mêmes élevages, assène 24 h sur 24 les mêmes analyses débiles à sens unique… ?
Et l’ordure d’achever sa diatribe avec un jeu de mots digne des Libélâtres à la Joffrin : « …quatre candidats en « on », Macron, Hamon, Fillon, Mélenchon, poursuivent une candidate en « haine » ». Waouuuh ! quels sommets d’argumentation, quelle finesse d’analyse, quelle hauteur de vue !
C’est bon, Christophe, t’as suffisamment léché la pantoufle de qui te paie… ça va, tu peux te relever, ta gamelle est prête… Dis-moi, au fait, l'écharpe rouge, c'est juste pour cacher la marque de la chaîne...? Faudrait peut-être que tu relises le Loup et le Chien de ce bon La Fontaine...

Lou...

vendredi, 03 mars 2017

Ave Césars...

Allez, prenez donc trois minutes (c’est quoi trois minutes dans une vie !) pour aller voir cette petite pépite …
François Ruffin, savez, le gaucho de Fakir et de « Merci Patron », François Ruffin donc, si tant tellement aimé des Joffrin et Bergé tant qu’il se contentait de mettre du poil à gratter sur les plans de licenciement de Bernard Arnault and Co, le voilà, le Ruffin tout soudain consacré aux Césars (meilleur film documentaire) par toute la corpo des généreux humanistes associés, cœur à gauche et biffetons en Suisse, le voilà en T-shirt du quotidien qui prend le micro (allez donc voir trois minutes, je vous dis) et qui se met à cracher dans la soupe au caviar de boboland et qui assaisonne grave la clique médiatico-cultureuse et à la mettre un chouia en face de ses contradictions de gros bourges replets, repus, rebelles et relous…
Et soudain, c’est silence radio, mutisme à tous les étages, un petit entrefilet chez Joffrin, deux lignes chez Bergé-Niel-Pigasse en omettant soigneusement l’attaque contre la presse, et pas question non plus pour le Guillaume Erner de France-Cul d’en faire le « son du jour »… Eh ! non… l’a trop parlé le Ruffin, il doit être exécuté… Heureusement qu’on peut encore l’aller voir là :

https://www.youtube.com/watch?v=c1TNdHrQKqk

Bon, je sais, lui aussi il manque un brin de cohérence et de sens politique à se la péter gaucho protectionniste alors que le seul vrai programme protectionniste et soucieux des intérêts du peuple il est plutôt du côté du FN… mais c’est déjà un petit pas… Et puis ça fait tellement de bien…
Lou...

jeudi, 02 mars 2017

La grosse vache Europe...

Zavez remarqué, bien sûr, la pourrie stratégie de la non moins pourrie médiasphère depuis trois semaines… Pas une seule fois ils parlent du Pénélopegate et des emplois fictifs de François-les-gros-sourcils sans qu’aussitôt après, sans la moindre respiration ni la moindre virgule, ils n’enchaînent illico sur les emplois fictifs de Marine-la-Gagneuse…
Ils le savent tous, de Libé à France-cul et du Monde à Inter, ils le savent parfaitement, natürlich, que ça n’a rien à voir, que dans un cas y a, probable, enrichissement personnel et gavage à tous les étages familiaux, alors que dans l’autre c’est juste l’emploi intelligent, utile et militant des milliards d’euros que la grosse vache Europe, de Barroso à Junker et de Junker à Moscovici, nous pompe pour mieux les gaspiller allègrement pour faire tourner la machine à bureaucrates titilleux et fonctionnaires replets…
Oui, mais voilà, l’occasion est trop bonne pour les chevaliers blancs de la déontologie, de l’honnêteté et du désintox universel, l’occasion est trop bonne d’amalgamer, caricaturer, mentir et instiller partout le venin de leur minable tentative de macronien sauvetage en catastrophe d’un système pourri jusqu’à l’os… Beuark…
Lou...





lundi, 27 février 2017

Black and White...

Ah ! comme on les entend exulter plein tuyaux, tous les connards patentés, de Libé à France-cul, de Guillaume Erner à Laurent Joffrin, devant l’hommage enfin rendu à cette magnifique Race Noire désormais à son apothéose, à son acmé, à son zénith, sur cette merveilleuse scène de la 89° cérémonie des Oscars enfin débarrassée, grâce au film « Moonlight », de la pâleur nauséabonde et de la blémitude désespérante de cette si détestée Race Blanche … L’ébène remplace enfin l’ivoire, Soulages détrone enfin Malevitch, et la de Kervasdoué de France-cul peut enfin se rêver en Bécassine crêpue, lippue, joufflue et fessue en attendant la prochaine séance d’UV qui devrait achever la métamorphose… Et dire que tous ces connards prétendaient, y a pas si longtemps, que les races n’existaient pas…

dimanche, 26 février 2017

Les ordures de Libé...

« Suicide paysan : la Faucheuse est dans le pré ». Voilà ce que ça leur inspire aux connards de Libé la détresse des paysans français : un jeu de mots débile. Et on imagine le Joffrin-Mouchard se taper sur les cuisses en cadence avec Patrick Drahi sur les genoux : « Ah ! Putain ! Patoche, on est vraiment les meilleurs… La Faucheuse est dans le pré ! Qui d’autre que nous pouvait trouver ça ? On a vraiment une sacrée équipe de bons journalistes ! Tiens, remets-moi donc un petit Chivas et une louche de caviar à la santé des cul-terreux ! »
Des paysans qui se suicident parce qu’ils en peuvent plus de travailler 70 h par semaine pour rien gagner, parce qu’ils voient leur travail anéanti par des prix indignes, parce qu’ils savent qu’ils vont transmettre à leurs enfants des exploitations non viables, parce que c’est toute une vie d’amour du métier qui s’écroule… Et nos journaleux de merde, le Joffrin en tête, trouvent rien de mieux à faire que de traiter ça avec un jeu de mots… Et c’est cette ordure qui vient chaque jour jouer les Père-la-Morale dans ses éditoriaux à la con… Et c'est des canards de ce calibre que la République finance à donfe avec notre pognon...Beuark…

vendredi, 24 février 2017

678.000... !!

Et ce connard de Flamby, il va y retourner maintenant dans la famille à Théo ? Il va y aller réclamer les 678.000 euros (six-cent-soixante-dix-huit mille !!) de subventions diverses et variées obtenues de l’Etat et des Territoires pour lutter, paraît-il, contre la violence, et qui semblent avoir disparu vite fait bien fait dans les poches un peu trop vastes de la sainte famille d’Aulnay…("suspicion d'abus de confiance et escroquerie") ? Il va nous la rejouer la grande démarche compassionnelle auprès du pauvre blackos innocent injustement agressé par les méchants et forcément coupables policiers tortionnaires ? Il va venir nous la faire en direct prime time sur toutes les chaînes sa repentance penaude et confuse que j’aurais peut-être pas dû y aller, que j’aurais dû sans doute attendre un peu les conclusions de la Justice, que ce con de Gantzer, mon communicant perso, a peut-être pété un peu trop vite les plombs qui lui servent de cerveau et que finalement, François, t’es rien qu’un gros relou (et je suis polie !) qui finit son quinquennat largement aussi mal qu’il l’avait commencé…
Et en plus, ducon, t'imagines un peu le nombre de brushings que t'aurais pu t'offrir pour 678.000 euros !!
Lou...

vendredi, 03 février 2017

Chamoiseau... de passage ?

Ah bèn voyons… fallait bien qu’il s’y colle le Chamoiseau aussi… Môssieur le Grand Génial Poète, Martiniquais en plus, empereur de la créolitude, basané juste ce qu’il faut, impénitent polygraphe, humaniste bon teint et plumitif poétiseur de toutes les souffrances humaines… Manquait plus que lui dans le chœur des pleureuses assermentées à chialer sa syntaxe luxuriante et ses oxymores inattendus, genre Taubira du pauvre, sur nos « Frères Migrants »…
Ecoutez plutôt, si ça vous tire pas les larmes :

« Les poètes déclarent que le racisme, la xénophobie, l’indifférence à l’Autre qui vient qui passe qui souffre et qui appelle sont des indécences qui dans l’histoire des hommes n’ont ouvert la voie qu’aux exterminations, et donc que ne pas accueillir, même pour de bonnes raisons, celui qui vient qui passe qui souffre et qui appelle est un acte criminel. »

Mais chuis d’accord total avec toi, Chamoise, sûr certain qu’il faut accueillir avec les trémolos requis le qui vient-qui passe-qui souffre-qui appelle… Et chuis bien sûre qu’avec tes droits d’auteur à foison, ta médaille en chocolat de Commandeur des Arts et Lettres (tiens, c’est un peu moins poétique tout à coup !), ton Goncourt 92, tes pied-à-terre à Paris, Fort-de-France et autres lieux… et ton grand cœur saignant et généreux, chuis bien sûre que tu vas nous les accueillir fissa les oiseaux migrateurs, sur ta moquette, dans ta piscine, sur tes territoires de créolité repue et magnanime, et tu leur ouvriras bien grand tes comptes en banques tout replets, tu leur offriras, grand seigneur, ton tableau de Basquiat, là, à gauche de la fenêtre, et cet immense Andy Warhol, sur le mur du salon, dont tu commences à te lasser… et ta cave, tes rhums arrangés de 2000 ans d’âge… et tes cigares à 500 euros l’unité… allez, Chamoise, quelques volutes mallarméennes pour les frangins voyageurs… tu voudrais quand même pas faire partie de ces « indécents » au cœur sec que tu fustiges… !
Allez Patou, allez, pousse, pousse, ça va venir… une infime impulsion, un petit effort clignotant, une luciole d’espoir… et si ça vient, si tu leur ouvres ta maison autant que tu leur ouvres ton cœur aux oiseaux de passage, fais le moi vite savoir, toute généreuse à donfe comme je me sens tout à coup suite à ta fourmillante exemplarité , promis, Chamoise, promis, j’achète ton prochain Goncourt (des Lycéens ?)…

jeudi, 26 janvier 2017

Pénélope...

Toi l’épouse modèle, la Fillon au foyer,
Toi qu’étais plus souvent détachée qu’attachée,
Toi l’invisible Pénélope,
En suivant d’un peu loin ton François-la-Rigueur
N’as-tu jamais touché en tout bien tout honneur
De jolis salair’s interlopes ?

Toi pour faire si bien briller l’appartement,
Tu percevais, dit-on, d’ sacrés émoluments.
A deux mille euros la semaine
Passer l’aspirateur, ça relèv’ de l’ENA,
Repasser les costum’ trois pièces de François
Ça tenterait bien des Germaine.

Sauf qu’ Germaine ou Ninon font pas d’littératur ‘,
Toi, pour cent mile euros, tu fais trois fich’ d’ lectur’,
Ça fait chérot l’point à la ligne …
Va falloir que François, s’il veut êtr’ Président,
Se boug’ pour dénicher d’imparabl’s arguments,
Sinon c’est l’boul’vard pour Marine…

samedi, 21 janvier 2017

Calculette...

Vous les avez entendus, forcément, tous les cons, journaleux, chroniqueurs, intellos et experts en tous genres, nous redire en boucle depuis deux mois que Trump est illégitime car la mère Clinton, au final, a obtenu plus de voix que lui et que donc, en toute logique, si les choses étaient bien faites et le système électoral moins pourri ou plus ceci ou moins cela, c’est elle qui règnerait sur les States et pas le milliardaire blond qu’ils détestent…
Oui, bon, ok… sauf que tous ces connards on les entend guère, depuis des années, s’élever contre le fait que le FN, qui est le 1° parti de France dans tous les sondages et dans tous les résultats, n’est représenté à l’Assemblée Nationale que par deux députés…
Là, ça semble pas trop les déranger tous nos déontologues à la noix que le système électoral soit une honte absolue…

Lou...

vendredi, 20 janvier 2017

Les Pourris de Radio-France...

Non, mais tu les entends, toutes les ordures journaleuses… tous les planqués du micro… agités de la chronique… putassiers de la propagande… le Guillaume Erner et toute sa bande de groupies de France-Cul… le Patrick Cohen et ses petites frappes d’Inter… à se gaver au quotidien de notre pognon, les crapules, pour mieux formater le populo bien soumis, bien dans la ligne, bien vautré démocrate, c’est-à-dire prêt à refaire du 90% à n’importe quelle merde macronienne ou vallseuse au 2° tour de la Présidentielle comme en 2002…
Juste un petit échantillon, pour la route… Quand ces connards parlent de Trump, ils savent rien autre dire et répéter que « le Milliardaire », histoire de détourner le peuple de ce plein de pognon abhorré… Quand ils causent du Front National, ça va pas chercher loin, on a tout de suite droit à « l’Extrême-Droite » en boucle, histoire de rafraîchir la grande trouille des bien-nantis contre le Fâchisme, le Nazisme et autres joyeusetés des années sombres… Par contre, quand ils bavent de jouissance émue devant la Mélanche, croyez-vous qu’ils iraient nous parler du « Démagogue » ou de la « Grande Gueule » ou de « l’Ex-Socialo » ? Allons donc, c’est « France Insoumise » par ci, « France Insoumise » par là, tous et toutes à sucer l’appellation susurrée par Mélenchon soi-même comme une sucette à l’anis bien gourmande… Et quand ils causent des primaires socialeuses, idem, tu en veux de la « Belle Alliance Populaire » à donfe ! Alors qu’ils pourraient dire par exemple « La Grande Gabegie Socialiste » ou « La Gauche Capillaire » ou « les Débris de Flambyland »ou « Jaurès-DSK-Cahuzac, même combat »… !
Ainsi va l’info dans nos démocraties exemplaires… Beuark…
Lou...

vendredi, 06 janvier 2017

Neruda...

Pablo Neruda, Neruda le saint, Neruda l’humaniste, Neruda le militant engagé, Neruda le communiste, Neruda le poète merveilleux, Neruda le généreux chevalier blanc de la libération du Chili…
Quarante ans au moins que toutes les télés, toutes les radios, tous les journaux, tous les magazines, arrêtent pas d’évoquer le grand homme avec des trémolos sur la glotte et toute la révérence, le respect et la piété dus à un tel monument d’exemplarité gaucharde, sans que jamais la plus petite ombre au tableau ne vienne ternir l’absolue blancheur du nouveau saint du calendrier médiatique international…
Et voilà que sort tout à coup un film à la gloire du grand Pablo, un film sobrement intitulé « Neruda », mais dont le réalisateur, Pablo Larrain, un peu moins putassier probablement que toute l’armée des merdiateux hémiplégiques à la Joffrin, vient enfin nous dire quelques vérités qu’on nous cachait soigneusement, sans doute pour ne pas désespérer Billancourt…
Et voici ce que ça donne, dans la gazette d’ « Utopia », par exemple, maintenant que nos cultureux sont obligés de dire ce qu’ils dissimulaient depuis des lustres : « L’anti-biopic de Larrain bouscule l’icône Neruda, décrivant, sans jamais oublier le génie littéraire ni la figure politique de premier plan (ouf !), son égoïsme, sa mégalomanie, son goût du luxe et des fêtes dispendieuses contrastant avec la défense affichée de la classe ouvrière ainsi que le goût pour les prostituées malgré l’amour d’une épouse qui aura tout sacrifié pour lui… »
Et voilà, c’est cette ordure égoïste, jouisseuse, mégalomaniaque, machiste et bordélique que les Joffrin-Mouchard ont encensé pendant plus de quarante ans d’une vénération sans faille… !
Et ces connards, intoxiqués jusqu’au trognon par leur aveuglement idéologique, ont l’impudence d’intituler certaines de leurs rubriques « Désintox » !
Beuark !
Lou...

mardi, 13 décembre 2016

Ta gueule, Elkabbach !

Elkabbach, sans doute l’un des plus grands condensés de merde médiatique ubiquitaire et totalitaire…
Aux manettes depuis plus de cinquante ans, vieux bonobo ranci passant de branche en branche et de chaîne en chaîne, du public au privé et du privé au public, pour distribuer quotidiennement la formidable pourriture éclabousseuse de sa voix, de sa gueule, de ses fiches, de son idéologie, de ses minables provocations, de ses servilités, de ses renvois d’ascenseur, de sa lèche éhontée à l’égard de tous les pouvoirs…
Mais comment des ordures pareilles, et des nullités de ce calibre (il suffit de le voir officier à « Bibliothèque Médicis » pour jauger vite fait l’incompétence crasse du vieux beau empêtré dans ses fiches…) peuvent-elles arriver à se maintenir aussi longtemps dans le paysage médiatique ?
Par quoi les tient-il donc tous les directeurs de chaîne, les assoupis du CSA, les véreux politiques de tous bords, par quelles inavouables ficelles, par quels douteux secrets, par quelles avariées et innombrables arrière-cuisines, pour avoir pu taper l’incruste avec une telle constance et pendant autant de lustres sur la grisaille à vomir de nos écrans télé ?
Et comment cette crapule démocratique a-t-elle pu accepter dans les replis puants de son absence de déontologie de monopoliser à soi seule et sur un temps aussi long autant de micros et de caméras, d’animer autant de débats, de diriger autant d’interviews ? Il est où le pluralisme, elle est où la diversité, elle est où l’ouverture quand le même connard incompétent et bouffi d’orgueil officie pendant cinquante ans sur les étranges lucarnes ?
Et le pognon, le pèze, l’oseille, le blé que ce salopard à la généreuse figure a dû accumuler , pompé aux trois-quarts sur l’argent public, tout au long d’une interminable carrière de postillonneur en chef aux émoluments de diva ! Beuark…

Lou...

mercredi, 07 décembre 2016

Gayssot-Rossignol...

Et ils sont où les amis de la liberté d’expression, tous ceux qui, paraît-il, sont prêts à se battre avec Voltaire pour que même l’adversaire ait le droit d’ouvrir sa gueule ? Ils sont où les champions incontestés des droits de l’Homme, il est où le Joffrin-Mouchard, elle est où la vieille potiche Badinter, le sénile Bedos, le Tubiana, la Binoche, le Demorand, la Robin, le Baddou, le Duhamel, la Lucet… ? Ils sont où tous ces connards libertaires, altruistes, tolérants, lorsque la Rossignol pond ses oukases liberticides et, sur l’avortement, veut voir qu’une tête, pas un bouton de guêtre qui dépasse, que tout le monde enfin juge pareil, pense pareil, opine pareil, et répète en boucle, dans une touchante unanimité, les mantras gouvernementaux : que l’avortement est incolore, inodore et indolore, que c’est un geste d’une simplicité enfantine et d’une banalité biblique, que c’est un acte libérateur, émancipateur, progressiste, et que, si tu as le malheur de pas être dans les clous et de pas réciter le mantra dans le bon ordre et sans y changer une virgule, tu vas vite te faire gauler par la police de la pensée unique et aller te faire purger le ciboulot de tes mauvaises pensées dans les usines à formater de notre si libérale république…
Ainsi elle est tellement féministe, la Rossignol, qu’elle prend les femmes pour des demeurées, pour des sous-merdes incapables d’élaborer elles-mêmes, sur l’avortement, leurs propres idées, leur propre doctrine en confrontant les discours différents et pluriels des pro e des anti et de prendre ensuite leur décision en toute liberté, sans que des matrones socialistes estampillées « planning antifamilial » viennent leur tenir la main et penser et agir à leur place…
Avec la loi Gayssot, c’est l’Histoire qui était socialiste et obligatoire, avec Rossignol, c’est l’avortement, et demain quoi ? Pour éplucher des patates ou se faire une couleur, faudra aller demander le mode d’emploi officiel à la Royal ou à la Pellerin ou à la Touraine ? Beuark…
Lou...

mardi, 06 décembre 2016

Les ministres varient, la connerie demeure...

Ultime petite merde de ce putain de gouvernement vallsien, l’affaire de l’affichage anti-sida aux slogans débiles et putassiers ! Oyez, oyez, braves gens, le nouvel évangile socialo : « Avec un amant, avec un ami, avec un inconnu… Coup de foudre, coup d’essai, coup d’un soir… S’aimer, s’éclater, s’oublier… Les situations varient, les modes de protection aussi. »
Et c’est avec ces huit mille saloperies d’affiches placardées dans cent-trente villes de France, non pas dans les boîtes gay, non pas dans les sous-bois torrides, non pas dans les plages à cul, mais à moins de deux cents mètres d’une école, d’une crèche, d’une église, que les connards qui nous gouvernent s’imaginent faire reculer le sida.
Et c’est en prônant ouvertement la baise tous azimuts, avec n’importe qui et dans toutes les positions qu’ils prétendent gagner la guerre contre le VIH ! Ah ! il doit bien se marrer Monsieur VIH ! Avec des ennemis de ce calibre, cornaqués par une Marisol Touraine inconsciente ou débile et soigneusement coachés sans doute par quelques publicitaires LBGT qui, au passage, ont dû toucher gras, c’est pas 7000 nouveaux cas chaque année qu’on va avoir, c’est 10000, 20000, 30000… Et hop, un p’tit coup d’essai pour la Touraine, hop, un p’tit coup d’un soir pour la Rossignol !
Mais soyons claire, elles le savent parfaitement, que ça sert à rien, côté santé publique, ce genre de campagne : la preuve, 7000 nouveaux cas chaque année en 2016, alors que depuis les années 80 c’est des milliards qu’on a balancé dans des campagnes toujours plus inutiles… comme si les pédés étaient plus cons que les autres et incapables de se tenir informés !
Par contre, qu’est-ce que c’est bon de faire enrager les cathos, de faire chier les réacs, de détruire un peu plus la famille, la morale, les valeurs, l’enfance, la jeunesse…
Qu’est-ce que c’est bon de tordre le cou à ces vieilles notions abolies d’un amour respectueux, responsable, engagé, ouvert sur la vie, pour mieux promouvoir la baise bien bestiale, bien animale, le « coup », comme ils disent… Beuark !
Lou...

lundi, 05 décembre 2016

Déontologie, mon cul !

Catherine Matausch, femme-tronc de service sur France 3, plantée là depuis des années avec notre pognon, bien formatée bien formateuse, gentille gendarmette servile de la pensée unique, à cracher et recracher ses laius tout bien exactement comme on lui a dit de faire à la Conférence de Rédaction d’avant son Journal du Soir : là tu souris, ma poule, là tu fais la gueule, un’ deusse, un’ deusse et en avant la musique…
La Matausch donc nous causait, vendredi ou samedi soir, du referendum en Italie où le Matteo Renzi, bien propre sur lui, allait probablement se faire démolir la carrière en moins de temps qu’il n’en faut pour torcher une pizza, et cela, horresco referens, au profit du mouvement « Cinque Stelle » de Beppe Grillo ou de la très droitière « Lega Nord » de Matteo Salvini, deux infames partis « populistes ». Et l’on imagine toute la rédaction de France 3 tremblante de peur sous la moquette devant la Bête qui monte, qui monte, qui monte même au-delà des Alpes et qui risque de casser la baraque des nantis et des pourris réunis de la politique et des médias…
Et la Matausch donc, au lieu de dire tout simplement ce qu’elle aurait dû dire : « Elections incertaines, serrées, hasardeuses, problématiques ou tendues », ce qui est bien la seule façon honnête et déontologiquement compatible de parler de la chose, la Matausch donc d’y aller, la voix grave et le regard inquiet, de ses « Elections à très très haut risque » en boucle, comme si elle était là, la salope, pour nous dire qu’elle et sa chaîne de merde étaient toute dans le camp de Renzi et qu’il fallait fissa que nous en fîssions autant, et comme si c’était à elle de nous dire dans cette affaire où est le risque et où est la chance… Mais ils se prennent pour qui ces connards !
C’est ça la connivence ordinaire des médias et de la pensée unique, tellement ordinaire et tellement naturelle qu’ils s’en rendent même plus compte et qu’on l’étonnerait sans doute, Cathy la Soumise, si on lui disait de s’occuper de son cul plutôt que de nous dire pour qui on doit voter…

Lou...

vendredi, 25 novembre 2016

Tribu...

Elle va bientôt nous lâcher, la tribu des Traoré !
A ma droite, Adama, qui, en juillet de cette année, s’interpose entre les poulets et son frère poursuivi pour une affaire d’extorsion de fonds avec violence, et qui meurt suite à son arrestation. (Parenthèse : il aurait juste présenté ses papiers d’identité aux condés, il serait probablement encore en vie…) Et le voilà posthume qui enflamme encore la banlieue par l’intermédiaire de ses deux frangins, innocents angelots dont l’un au moins a un casier judiciaire bien chargé en violences diverses et variés, et dont l’arrestation, une fois de plus, va déclencher bordel urbain, caillassage et incendies de bus et bagnoles, bref rien que l’ordinaire des zones de non-droit de notre pourrie République…
A ma gauche, Malamine, assassin, en février 2013, de deux flics, multirécidiviste, 2 fois emprisonné, conduite sans permis, bourré comme un coing, avec 1,4 gramme d’alcool dans le sang. Et on met plus de 3 ans pour juger des crapules de ce calibre, et les circonstances atténuantes qui vont pleuvoir comme vache qui pisse, et les experts qui vont pinailler pendant mille ans, et les médias qui vont s’épancher sur le mal vivre des banlieues, et les avocats qui vont nous resservir le grand lamento général du racisme nauséabond… (Parenthèse : on dirait bien qu’il est black, l’avocat du Mélaminé, ça serait pas du communautarisme épidermique, ça ?)…
Effet pervers de ce putain d’Etat de Droit dont on crève : 3 ans pour juger une ordure, 3 ans de souffrance pour les familles des victimes, 3 ans de prison doré pour le salopard, avec muscu, ciné, musique, concert et bibliothèque à tous les étages, 3 ans de budget de l’Etat et de la Justice explosé, comme si deux flics dézingués au 4 x 4 fou par un multirécidiviste de haut vol ça suffisait pas pour régler ça en huit jours et, si possible, définitivement…
Et ils sont où, là, les chantres enthousiastes de la si exaltante diversité, les rois de la visibilité polychrome, les mélanophiles impénitents, les melting-poteux exacerbés, les taubiriens fous, les joffrinistes bigarrés, toute la cohorte de ces connards de médiateux qui nous servent du cosmopolitisme dégoulinant à longueur de chroniques et qui ferment leur grande gueule lorsque la diversité devient quelque peu embarrassante et mortifère...

Lou...

lundi, 21 novembre 2016

Propagandastaffel...

Toujours les mêmes ordures médiatiques, la même clique manipulatrice, propagandastaffel et autres totalitarismes distingués, pour imposer la vision cool et bien-pensante de ce qu’il convient surtout de ne jamais regarder en face…
12 h 30, aujourd’hui, journal national de France 3 qui recycle, vu la saison, l’un de ses meilleurs marronniers : le début de la campagne 2016 des Restos du Cœur. Avec, bien sûr, reportages sur le terrain et inévitables interviews de quelques clients de la charitable et charismatique structure.
Et là, monumentale surprise : 3 interviewés, 3 blancs de blancs, pas la moindre nuance de gris, pas la plus infime pigmentation mélanoïde, pas le moindre zeste d’ébène, rien que du pâle, du Marcel, de la Josette, du Fernand bien franchouillards, comme si l’essentiel de la clientèle de la boîte à feu Coluche était constitué de français moyens d’au moins 200 ans d’âge enracinés dans la glèbe patriotique depuis des siècles plutôt que de ces immigrés de 1°, 2° ou 3° génération qui constituent les troupes naturelles et récurrentes de toutes les structures d’assistance du pays et les figures chéries de nos amateurs de diversité triomphante…
Et cette étrange diversité, cette sacro-sainte visibilité que les médias nous imposent à haute dose et plein écran lorsqu’il s’agit de s’extasier devant la générosité des pompiers blacks, l’altruisme des infirmières maghrébines ou l’humanisme héroïque des médecins soudanais, la voilà soudain devenue invisible, transparente, inaudible et inexistante, dans la dèche, l’assistance et la misère médiatisées...
Comment ? Des immigrés aux Restos du Cœur ? Vous plaisantez, sans doute… ou alors ils font partie des généreux bénévoles venus au secours de ces assistés de Français… C’est en tout cas le message que la Pravda quotidienne de France 3 essaie de faire entrer dans nos têtes…

vendredi, 11 novembre 2016

Un "p'tit Blanc", pour la route...

C’est bien connu : les races, ça n’existe pas, ça n’est qu’invention nauséabonde, non scientifique et idéologique de l’extrême-droite raciste qui, elle-même, d’ailleurs, s’il y avait un bon Dieu, ne devrait pas exister…
Sauf que les Ducon à la Joffrin ou Guillaume Erner (de Libé à France-Cul, en passant par tout le spectre des radios, télés et médias subventionnés) arrêtent pas depuis 48 heures de nous causer de cette « Amérique blanche », de ce « vote blanc », de ces putains de « petits Blancs », qui ont propulsé Trump au septième ciel, et parallèllement de ces connards de latinos, d’hispaniques, de blacks et même de meufs qui se sont guère bougé le cul et qui ont vraiment pas assuré…
Alors, Laurent, alors, Guillaume, tout bien pesé, les races, les sexes, finalement, ça existe ou ça existe pas ? On aimerait savoir…

Lou...

jeudi, 10 novembre 2016

Sonnez hautbois, résonnez trumpettes...

Et tous les connards médiatiques, experts à la noix, chroniqueurs ubiquitaires, duhameliens de choc, joffrinologues patentés, demorandistes fous, éditorialistes partisans, tous de s’interroger gravement après le séisme : comment n’avons-nous pas vu venir ? Pourquoi les sondeurs se sont-ils plantés ? Quel défaut dans notre cuirasse ? Quelle poutre dans notre œil ? Quel grain de sable dans nos tuyaux ?
Et la seule vraie réponse, bien sûr, ces connards ne la voient pas car elle les obligerait à stigmatiser leur propre totalitarisme d’élite bien-pensante sur-dominante…
Car si les sondages se trompent si lourdement et avec une telle constance, c’est juste parce qu’une bonne partie des sondés ne dit pas la vérité. Et s’ils ne disent pas la vérité, c’est parce qu’on leur a inoculé, aux States comme en Angleterre, comme en France, la peur. Peur d’être traités de racistes, de bas de plafond, de beaufs à 4 x 4, de nationalistes, intolérants, violents, sectaires, moisis, rances, chauvins, rabougris, flapis, racornis, frileux, égoïstes… Alors, devant les injonctions terrorisantes de l’élite autoproclamée qui, au nom sans doute de la pluralité, tient tous les médias, toutes les chaînes, toutes les rédactions, les sondés la ferment devant les micros (de moins en moins d’ailleurs, et heureusement !) mais ils l’ouvrent dans le urnes, ce qui donne le Brexit, puis le Trumpit, en attendant un possible Le Penit qui pourrait prolonger enfin ce joli printemps des peuples…
Lou...