Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 mars 2017

Barnum sidatesque...

Ah ! comme ils étaient beaux, tout le week-end, sur tous les plateaux, toutes les chaînes, tous les micros, comme ils étaient beaux nos rebelles auto-proclamés, nos insolents, nos insoumis, à arborer tous au garde-à-vous, comme un seul homme, sous la baguette d’on ne sait quel chef d’orchestre invisible, le si joli, si séant et si politiquement correct petit pin’s rouge, légion d’horreur remise par le LGBT Circus, sésame de la bien-pensance, gris-gris des dociles, talisman des obéissants…
Ah ! comme ils étaient beaux, nos « mutins de Panurge » (merci Murray !) si benoîtement rangés pour affirmer leur solidarité sidaïque et venir taper la charité du populo, comme de vulgaires dames patronnesses, contre la seule maladie que tout un chacun peut éviter facilement, dans au moins 90% des cas, soit par l’abstinence, soit par des comportements sexuels normaux, soit par des protections en libre accès dans toutes les bonnes pharmacies…
Et pendant ce temps, les sclérosés en plaque, les mucoviscidosiens, les Parkinsoniens, les diabétiques, les périarthritiques, tous ceux qui se prennent la maladie dans la gueule sans savoir d’où elle vient, c’est quand qu’on leur consacre 48 h de barnum généralisé et de pin’s à la boutonnière pour essayer de soulager leur quotidien ?
On est pas tous égaux devant la maladie…. On est surtout pas tous égaux devant la médiatisation de la maladie…
Et au fait, le Bergé, premier homo de France, avec sa fortune colossale, sa militance gay et sa générosité progressiste, il les sort quand les biffetons pour soigner ses copains elgébétistes ? Sa fortune est évalué à 120 millions, paraît-il, et le barnum du week-end a rapporté 4 millions, et ce connard est pas foutu, à 86 balais, de lâcher un peu d’oseille et de mobiliser ses potes pleins aux as pour nous éviter 48 heures de fausse philanthropie dégoulinante… Beuark...

Écrire un commentaire