Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 février 2006

Monochrome de Philippe Val...

Vite vite avant Charlie de demain et la haute pensée valienne de la page 3, vite vite l’édito de la semaine dernière (Charlie du 22/02) sur le fichier ethnique qui file à notre pauvre felipe un eczéma géant doublé d’une dégénérescence neuronale foudroyante.
Qu’on en juge :
-citation 1 : « S’il est nécessaire que des chercheurs se penchent sur les modes et les problèmes d’intégration des immigrés en fonction de leur origine, il n’est par contre pas acceptable que le ministère de l’Intérieur et la chancellerie se constituent des fichiers de délinquants classés sur des critères ethniques. » Ce qui doit vouloir dire en gros que si l’on recherche l’origine ethnique des immigrés afin de mieux leur distribuer les subventions qui leur permettront de financer la  réouverture du musée de la djellabah, un repas quotidien chez trois-gros pour mouloud aounit ou des cours de soutien au wolof dans toutes les crèches de France et de Navarre, là c’est très bien, il faut encourager cette noble initiative et donner aux chercheurs les moyens de leur cherchage. Mais si l’on recherche la même origine pour éviter que la petite vieille du XVII° se fasse arracher son sac et le bras qui va avec lors de sa prochaine sortie chez jacques dessange , là c’est de la discrimination inacceptable et sarko n’est soudain qu’un clone de benito et adolf…
-citation 2 : « Le problème du fichier ethnique, c’est qu’il cherche à accréditer l’idée qu’il y a des essences humaines différentes, ce qui est la base idéologique du racisme. » Ainsi donc, lorsque sur la fiche de police de philippe val on note par exemple : taille mannequin, calvitie galopante, tête de con, regard chassieux, mâchoire facistoïde, pull-over rouge, voix chevrotante, on essentialise la chose et l'on porte une atteinte inqualifiable et gravissime à, dans l’ordre, la tribu des adorateurs de cindy crowford, au club des amis de yul brinner, à la société des fans de siné, au cercle des yeux humides disparus, à l’association des anciens des chemises noires et à thierry ardisson, aux droits d’auteur de gilles perrault et à la noble corporation des chevriers corses…
Désormais, dès que philippe val sera ministre de l’intérieur, sur les fiches de police on ne sera autorisé à indiquer que l’espèce : « Humain : oui – non ». Ca devrait faciliter le travail de ces pauvres ignares de flics à la pensée binaire, n’est-ce pas Philippe ? Par contre, ta chatte dragueuse et primesautière risque de ronronner grave face à cette injuste discrimination et à ce racisme anti-chat !
Sur ta fiche à toi, pauvre débile, ça sera encore plus simple. Il suffira d’écrire : « Philippe Val : con. oui ». Même pas besoin de stylo… Le ministère va faire des économies.
Et pour en venir à ta question de conclusion, felipe (« La question se pose : serons-nous fiers de vivre dans un pays où il existe un fichier ethnique de la délinquance ? »), la réponse est « oui » si ce fichier permet de résoudre 10, 20 ou 30% de plus des problèmes de délinquance et de criminalité et de comprendre un peu mieux ce que doit être une véritable politique d’immigration…
La seule vraie question qui se pose, Philippe, c’est : est-ce pour écrire de telles conneries que philippe val touche chaque mois 5500 euros… ?
Lou jalouse…
 
 
 
 
 
 

lundi, 27 février 2006

Saint Philippe Val, vierge et martyre...

Attention, avis de tempête, la déferlante Val est annoncée sur tous les supports. Le grand Philippe Val, de Charlie-Hebdo, « front haut et cheveux courts… silhouette affinée de joggeur méditatif », ayant enfin achevé de réviser avec Madame tout Spinoza et tout Montaigne, publie, qu’on se le dise, son grand œuvre : Espèce d’Homme, une réflexion sur… peu importe sur quoi d’ailleurs, mais une réflexion qui, venant du dirlo de Charlie, va nous valoir la promo des promos sur toutes les ondes, chaînes et rotatives. Après le mois du blanc, le moi de Val, mieux que chikungunya, plus fort que grippe aviaire, le Messie semblait définitivement has been, le voilà qui va débarquer pourtant dans une épiphanie médiatique époustouflante…

Et le premier hagiographe qui s’y colle, dans Libé bien sûr, primum vivere, (on imagine que les portables du beau Serge et du gentil Philippe ont dû exploser les forfaits !) c’est le roux et combaluzier de la biographie, le thyssen du portrait en pied, le prototype même du groom à la porte du renvoi d’ascenseur : Luc le Vaillant (mieux nommé Luc la Flatteuse), (Libé du mardi 21 février) qui a eu le privilège insigne de franchir les portes du pavillon de la banlieue Est et de caresser dans le sens du poil, malgré son allergie, la jeune compagne prof de philo du beau philippe, non, je mélange tout, de caresser, disais-je, les trois chats de Val dont l’un semble bien être une chatte, et dragueuse en plus, ce qui bien sûr nous importe immensément, et l’on comprend mal pourquoi le vaillant Luc ne nous parle pas également de la couleur des rideaux du salon ni de la marque du lave-vaisselle, ni du modelé des pantoufles, du design de la nuisette, des voisins, de la concierge,  car il est bien connu que chez les grands hommes rien n’est insignifiant… et Val est en train, media adjuvante, de devenir un grand homme, la preuve, la madone des sans-abris, des sans-papiers, des sans-boulots touche quand même (et la Vaillante pute d’oser ajouter : « C’est pas Byzance ! ») bon an mal an ses 5500 euros sans compter peut-être quelques cachetons ça et là, quelques piges là et ça… bref, que du bonus ! Allez Philippe, relis donc Tartuffe, ça t’aidera à voir souffrir les pauvres :

« -Et Tartuffe ?
                                    -Il soupa, lui tout seul, devant elle,
Et fort dévotement il mangea deux perdrix
Avec une moitié de gigot en hachis.
-Le pauvre homme ! »
 

Lou poquelinée

dimanche, 26 février 2006

Val et Tudinaire...

Pour célébrer sa béatification urbi et orbi en Une de Libé (21/02), philippe val nous pond (Charlie du 22/02) un édito du feu de dieu tout entier centré sur la mégatrouille, l’immense pétoche, l’infinie chocotte dont serait prise selon lui la société française. Et, horreur des horreurs, cette gigantesque frousse permettrait à sarkozy d’ « élaborer des lois… en totale contradiction avec l’esprit des lois fondamentales des Etats de droit ». Et val d’ajouter, en pédagogue laborieux : « l’état de l’opinion est tel qu’il lui permet de transgresser des principes démocratiques tabous en suscitant davantage de crainte respectueuse que de colère ».

 

Et tout ce long éditorial est motivé par quoi ? Par le « projet de sarko de créer un fichier ethnique de la délinquance » !

 

Vu l’heure tardive et mon requinquage incomplet (merci à celles et ceux qui s’inquiétèrent et me le firent savoir… que l’on se rassure, ni grippe aviaire ni chikungunya, l’ordre va bientôt régner à Dies Irae… ndlr), je renvoie à plus tard, demain peut-être, le pb du fichier ethnique. Par contre, qu’au lendemain de la sortie du Charlie (15/02) tout entier consacré à la laïcité, le « dictateur de la publication et de la rédaction » vienne nous causer de « principes démocratiques tabous », me rend toute guillerette et manifeste de la part du génie des carpathes turbigiens force naïveté et force inconséquence.

 

 

 

Ainsi donc Philippe, la démocratie n’est point cette hypostase de la raison humaine, cet apogée de la délibération socratique, cet acmé du logos citoyen qui permettent aux humains libérés et adultes de descendre mahomet de son tapis, dieu le père de son nuage et dieu le fils de sa croix, de niquer le sacré, blasphémer le Nom-du-Père et compisser les livres saints, elle n’est que du sacré parmi d’autres, mille fois plus minable, car imposé par des voyous emperruqués à la robespierre ou des parvenus stipendiés à la danton… Merci mille fois philippe, de nous avoir révélé tout ça.
Par ailleurs, ce ministre démocrate, élu et désigné le plus démocratiquement du monde, et qui « élabore des lois en totale contradiction avec l’esprit des lois fondamentales des Etats de droit », et avec en plus le peuple qui en redemande, comme à guignol,… je serais toi, ma poule, ça m’interpellerait grave au niveau du vécu, et même ailleurs, sur la validité de ce bizarre Etat de droit qu’on appelle démocratie. Etat de merde (et tas de merde) serait peut-être une appellation mieux adaptée… Isn’t it ? Bonne nuit mon philou…

 

Lou tendresse.

 

vendredi, 24 février 2006

Convalescence...

Francecul ce matin, pour me « requinquer » d’un léger coup de fatigue… Et bien sûr, aux Matins du joufflu et imbu demorand, une sociologue, ex du CSA, Monique Lagneau, qui vient d’écrire un bouquin sur les producteurs de la télé, et qui, la bouche en cœur, nous annonce toute ingénue que le CSA « n’a pas une morale pré-réfléchie mais s’adapte à ce que la société est capable de supporter » ! Ce qui veut donc dire qu’on paye neuf parasites (combien on les paye, au fait ?), dont le président Baudis qui, lui, dit n’être surtout pas un « ayatollah » (comprenez : ni un censeur ni un moraliste), pour rien faire d’autre que regarder la télé en boucle sans jamais, au nom de la sacro-sainte liberté des artistes et des journaleux, sans jamais intervenir en quoi que ce soit ! Le CSA s’adapte, c’est à dire qu’il suce les roues et suit le mouvement. Et donc que la société en supportera toujours plus, formatée qu’elle est par une télé que le CSA (Conseil des Sans Avis ?) regarde gentiment faire…
Et pour m’achever, en fin d’émission, le gros et rauque et confus marc kravetz qui nous dit « Je crois que la télé est plus innocente que l’on ne croit… et puis elle laisse l’immense liberté de ne pas la regarder… »
Dommage que cette ordure (qui nous fabrique la tronche 5 jours sur 5 au nom de qui ou de quoi, au fait ? Pourquoi lui le gaucho, duhamel le socialo, slama le frilo-libéral et adler le bien-pensant plutôt que alain de benoist ou daoudal ou volkoff (oui, je sais, il vient de mourir) ou bernard lugan ? Le CSA pourrait peut-être nous répondre…), dommage, disais-je, avant cette longue incise, que le kravetz monopolistique d’état ait trouvé si coupable l’innocente télé lorsque, paraît-il, en avril 2002, à force de reportages sur l’insécurité elle fit le jeu de la bête immonde…
Et puis, si la télé laisse l’immense liberté de ne pas la regarder, faudrait peut-être songer, Marco,  à y inviter faurisson, à y diffuser amahinejad, à faire un bouillon de culture sur mein kampf, à reprogrammer « le juif Suss », à y promouvoir les « protocoles »… etc… etc… Qu’importe, après tout, puisque on peut non seulement fermer les yeux, mais même débrancher l’antenne et couper le courant…
Pauvres mecs qui disent tout et le contraire de tout en fonction de leurs états d’âme ou de leurs commanditaires du moment…
Lou requinquée…
24/02/2004.
 
 
 
 
 

mardi, 21 février 2006

Désert...

"L'Arabe nous a simplement regardés. Il a pressé, des mains, sur nos épaules, et nous lui avons obéi. Nous nous sommes étendus. Il n'y a plus ici ni races, ni langages, ni divisions... Il y a ce nomade pauvre qui a posé sur nos épaules des mains d'archange..."

Saint-Exupéry, Terre des Hommes.

Ce qui pose problème, c'est pas les Arabes, (enfin, un peu quand même...) c'est la banlieue, le fric, le confort et les politiques de la ville... Back to the trees...!

Lou larzaquée...

dimanche, 19 février 2006

Devoir de trou de mémoire...

Infos, ce soir, TF1 : 2006, année du 90° anniversaire de la bataille de Verdun. Et donc, deux reportages insipides où revient l'inusable refrain du devoir de mémoire et les inévitables collégiens venus sur les lieux se rendre compte de visu de l'horreur de la guerre... etc... Oui, bon, seulement, le devoir de mémoire ira quand même pas jusqu'à rappeler le nom du vainqueur de Verdun... Devoir d'oubli serait peut-être plus exact... la mémoire a parfois de drôles de gouffres...

 

 

 

Lou enphilippée...

samedi, 18 février 2006

Panta rèi...

la vie est longue, mais les week-end sont courts...

Lou trajée...

vendredi, 17 février 2006

Freud ou le saut à l'élastique...

Intéressant point de vue de Mikkel Borsch-Jacobsen, dans Le Monde du 16 février sur le rôle des psys dans l'affaire d'Outreau... Et dire que toute la corporation est montée au créneau indignée lorsqu'il y a quelques mois l'amendement Accoyer faillit mettre un peu d'ordre dans ce joyeux et lucratif bordel...!

"Manifestement, leur obédience psychanalytique n'a pas empêché les experts en question de se tromper et de retomber dans les ornières du premier Freud, lorsqu'il retrouvait chez tous ses patients des "souvenirs" d'abus pédophile (et même satanique, ainsi qu'on le sait maintenant grâce à l'édition complète des lettres à Wilhelm Fliess, toujours indisponible en français). L'usage de la méthode de déchiffrement psychanalytique ne garantit aucunement contre l'erreur, car sa souplesse proprement élastique lui permet d'aboutir aux conclusions les plus contradictoires.......Il ne faut donc pas s'étonner si des experts se réclamant de la psychanalyse ont pu contribuer au désastre d'Outreau........Comme l'écrivait William James après avoir rencontré Freud aux Etats-Unis, l'interprétation psychanalytique "est une méthode des plus dangereuses". Ne la mettons pas entre les mains de personnes susceptibles de décider de notre destin. "

Lou élastiquée...

jeudi, 16 février 2006

La complainte de Fleury-Mérogis...

C’est reparti pour le grand lamento des prisons françaises… Les voyous, truands, braqueurs, pédophiles, violeurs, assassins, détrousseurs, canailles, crapules et gredins , n’ont pas les palaces qu’ils méritent… les pauvres chéris n’ont même pas les 15 m² réglementaires ni une douche pour chacun, leurs salles de muscu ne sont pas assez luxueuses, leurs bibliothèques pas assez fournies et les manucures et pédicures ne pénètrent qu’avec parcimonie derrière les grilles… Et la télé (FR3, 15 février, 19-20 avec Audrey Pulvar en tête de gondole larmoyante !) d’enfoncer le clou avec interviews nombreuses et récurrentes d’ex-crapules masqués dont on oublie soigneusement de nous dire au passage que s’ils furent en prison c’est pour avoir découpé et violé une gamine de 17 ans ou torturé une vieille pour y chourer ses économies…

 

15 m² c’est pas assez d’espace vital, paraît-il… Et une caisse en sapin de 1, 80 m sur 0,50m pour l’éternité, c’est suffisant comme espace vital quand on n’est qu’une pauvre victime de rien du tout ? Beuark !

 

Quant à la Pulvar qui se la joue insolente en corsage de soie rouge sur décolleté profond, elle posa in fine la question au ministre : « Et la rédemption, Monsieur le Ministre ? » La rédemption, pauvre godiche, ça tient pas à 1 m² de mieux dans la cellule mais à ce qu’on est capable de souffrir pour racheter les saloperies qu’on a faites et la merde qu’on a été. Et si tu tiens à tout prix à aider au rachat, Audrey, tu peux toujours verser la moitié de tes 10 bâtons mensuels de femme-tronc à l’amicale des enfants de matons tués en service… Ca nous permettra de croire un peu plus à la sincérité de ta compassion…

 

Lou pulvérisée…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le droit au droit au droit...

Voici, en complément de la note de Polyphème du 14 février, un texte de Maurras sur l'"absurde métaphysique des Droits", in "Mes idées politiques"...medium_maurras.3.jpg  Lou hypertechnique...

Clémenceau, le tigre et la biche apeurée...

Quelle hardiesse, quelle force, quelle audace, quelle intrépidité ! N'écoutant que son courage, Chirac, le Président qui recule plus vite que son ombre, a pris l'historique et glorieuse décision de... rapatrier le Clémenceau, comme l'indique le Figaro :

«Au vu du dossier, le président de la République a décidé de placer ce navire dans les eaux françaises, dans une position d'attente qui offre toutes les garanties de sécurité, jusqu'à ce qu'une solution définitive soit trouvée pour le démantèlement», indique l'Elysée dans un communiqué. Jacques Chirac a également demandé une contre-expertise «pour établir de manière incontestable les quantités d'amiante» restant à bord de l'ancien porte-avions, actuellement bloqué à l'entrée des eaux territoriales indiennes."

La prochaine fois qu'on célèbrera Waterloo, faudra pas manquer de confier l'organisation de la commémoration à Chichi, l'homme qui ne s'empare des dossiers que lorsque tout est déjà fait ou lorsque la solution est la reculade, l'aplatissement, la repentance, la défaite...

Lou sabordée.


 

mercredi, 15 février 2006

Plenel-charonne bis

Bon, ceci est un essai. Si tout va bien vous devez pouvoir écouter avec ça la complainte du Plenel sur le métro Charonne et ses grilles qui n'étaient point fermés(cf une des notes précédentes)... Mais qu'importe les grilles, ce qui compte c'est le lamento sélectif du trotskard en pleurs à qui 100 millions de morts n'ont pas encore réussi à arracher d'aussi pitoyables gémissements

Lou technicienne... peut-être...

Et voilà, c'est pas mal... sauf... sauf que c'est pas la bonne émission et que vous allez vous farcir le plenel sur les usages du passé alors que je voulais vous donner le plenel sur charonne... Dommage... Mais la prochaine fois, je serai au top...

Clémenceau...

Deux remarques :
-1/ Comment peut-on avoir un gouvernement assez nul pour envoyer la "chose" au désamiantage, avec tout le tohu-bohu médiatique prévisible, sans s’être assuré auparavant que Shiva et ses mille petites mains sont prêts à kärchériser tout ça vite fait ? Question subsidiaire : combien nous a coûté cette sympathique petite croisière au pays de Gandhi ?
-2/  Tous les grands journaleux moralisateurs qui font semblant de pleurer sur la santé des ouvriers du Gange menacée par la vilaine amiante, tous les greenpeaceurs professionnels qui jouent au poisson-pilote sous les jupes de Michèle Alliot-Marie, est-ce qu’ils se posent autant de questions éthiques lorsqu’ils achètent leurs fringues, leur bouffe, leur électro-ménager produits dans des ateliers clandestins, pour des salaires de misère, dans des conditions d’hygiène déplorables et à un rythme de galérien… ? Si le « Clem » n’était pas un beau coup médiatique, seraient-ils aussi empressés à montrer leur immense compassion à la planète entière ?
-3/ Le jour où Libé et Le Monde seront en mesure de nous garantir, la main sur le cœur, que les conditions de fabrication du papier, de l’encre, des ordinateurs, des téléphones portables, des appareils photos qui leur servent à nous formater la gueule quotidiennement, sont hyper-éthiques de chez éthique, ce jour-là, on se mettra à croire à leur humanitarisme dégoulinant et ce sera champagne pour tous sur Dies Irae

Lou généreuse et désamiantée...

 
 
 
 
 

Grands principes...

Afin de calmer le jeu et pour s’amuser un peu, je propose d’en revenir au seul vrai grand principe vialattéen : « Et voilà pourquoi Allah est grand ! ».

C'est court et ça permet quand même d'attendre midi...

Lou montagnarde.

 

Babet s'en va-t-en guerre...

Article intéressant (Le Point du 12 février, voir site du journal) d’Elisabeth Lévy, sur Mahomet, la colonisation, faurisson, gayssot et la police de la pensée… d’où j’extrais cette sympathique formule de Philippe Muray : « La loi n’est plus l’expression de la volonté générale [l’a-t-elle jamais été ? ndlr], mais la traduction des rapports de force entre groupes d’oppression… »

Voilà, c'est court, et c'est juste pour démarrer la journée...

 

Lou emmurée vivante…

 

mardi, 14 février 2006

Grande gueule...

Ce qu’il y a de réjouissant dans l’affaire Frêche c’est qu’elle est pleine jusqu’à la gueule de roboratifs et contradictoires enseignements. Par où se montre que la réalité est rarement aussi manichéenne que les médias veulent bien nous l’imposer.

 

Ainsi, même si l'Empereur de Septimanie est généralement un con, il a au moins le mérite, dans son coup de sang « anti-harki » de n’être pas le traditionnel politicien au prompteur entre les oreilles qui pèse chaque mot et le laisse sortir avec mille précautions électorales de sa bouche en cul de poule.

 

Ainsi sa sortie ne me paraît pas « anti-harkis » comme ces connards de journalistes l’ont annoncé, mais contre les mecs précis (qui étaient des harkis) qui se trouvaient là devant lui, ce jour-là, à lui contester le droit de tenir la cérémonie qu’il y tenait. Ca rappelle, dans une autre configuration, l’affaire du « détail » lepenien…

 

Ainsi, qu’un socialo, même si c’est pour des raisons électoralistes, se retrouve dans une manif de pieds-noirs, ça nous change du boutonneux hollande, du grêlé lang, du coincé jospin, de la joufflue aubry, de l’antiquaire fabius, de la candidate royal qui jamais, au grand jamais, précautionneux et timides comme des vieillards cacochymes, ne seraient allés se compromettre avec ces « nostalgiques » infréquentables...

Ainsi, l’embarras des socialistes qui waitent and seent alors que, ces mêmes propos eussent-ils été tenus par un le pen ou un sarko, ils seraient déjà tous au créneau dans un hourvari d’enfer,  la loi gayssot dans une main, le mrap dans l’autre…

 

Ainsi, plein d’autres choses… mais il est tard, messieurs dames, et les yeux me piquent…

 

Lou pas fraîche…

 

Démocratie : l'horreur esthétique...

Elle est pas belle la démocratie ! Libé de samedi 11 février. Un article intitulé "Des candidats trop beaux pour être vrais", où l'on apprend (on le savait déjà, mais ça fait tellement plaisir de le lire chez les "démocrates" eux-mêmes...) que c'est pas la solitaire et mâle réflexion du citoyen, le choix impératif et argumenté de l'électeur, la rigide vertu civique, la noble responsabilité politique, la comparaison raisonnée des programmes, la souveraineté absolue du peuple en ses tréfonds... qui permettent de désigner celui qui va prendre en main les destinées du pays, mais tout simplement... la chirurgie esthétique !

Villepin se fait brûler une verrue, Royal change son sourire, Mitterand lime ses canines, Strauss-Kahn soulève une paupière tombante, Chirac se fait greffer deux cure-dents et une paire de lunettes et les sondages s'enflamment !

Et c'est ça qu'on appelle avec l'emphase de rigueur dans la voix : peuple souverain, vertu démocratique, délibération populaire... Et c'est pour ça qu'on fit la Terreur ! Pour ça qu'on se met au garde-à-vous pendant l'infâme Marseillaise..

Jouer le pouvoir à pile ou face serait moins hasardeux que cette mascarade insensée revêtue des fanfreluches de la dignité !

Après le CV anonyme, faudra penser à créer le candidat anonyme pour que toutes ces crapules réussissent à être enfin d'accord avec leurs grands principes...

Pauvre Montesquieu...

Dédié à Philippe Val.

Lou non liftée.

dimanche, 12 février 2006

Plenel charonne ou charogne ?

Edwy Plenel… en voilà un bon… doublement martyre, peuchère : un, vitime des écoutes de Tonton… deux, victime de la vengeance de Colombàni… pauvre chéri.. on va te plaindre… t’as pris combien pour t’auto-virer du Monde ? Et tu les as reversés à qui, les dollars, au dal, à amnesty...?

 

Ca l’empêche pas, le bel edwy, si malheureux, si triste sire, lui le trotskard invétéré, le démocrate patenté, d’avoir couvert, manigancé, l’absolue souveraineté du monde and co…

 

Lui qui jadis hurla probable contre l’hersant si redoutable, qui menaçait la liberté de la presse si concentrée, ça l'empêche pas d’avoir couvert sous colombàni l’absorption de Télérama, La Vie, La Mort…etc…

 

Et comme si c’était pas assez, le voilà à nous chroniquer deux trois fois la semaine, sur France culture... Bon bref passons...

Donc, samedi 4 février, 17 H 55, chronique de l’edwy de ces dames (tu touches combien au fait, plenel, pour nous en mettre plein la tronche ?), dans l’émission « Lignes de fuite », laquelle chronique, pour le cas qu’on aurait pas bien tout compris, repasse vendredi 10 février à 13 h 50 en rediffusion ! Sans compter que mercredi 8 février, l’edwy revient gâcher nos nuits pour mieux promouvoir son dernier bouquin et enfoncer les clous trotskystes définitivement (avec un piolet ?)… (La lecture des programmes détaillés de Télérama est d'une édification radicale...!).

Bref, une semaine sans edwy, c’est tout simplement impossible, et d’ailleurs, samedi 11 le revoilà rasé de frais, et vendredi 17 il répondra présent derechef, cravate en sautoir… bref que du bonheur… d’autant qu’il faudrait écouter itou France inter, la télé, le câble, le satellite… si on osait on l’appellerait monsieur-je-suis-partout, mais c’est pas sûr qu’on lui ferait plaisir…

 

Alors, finissons, quand des cons de ce calibre, hyper-démocrates squatteurs d’ondes alors qu’ils pourraient avoir l’idée de céder quelques minutes ici ou là à Lou, Polyphème, Fromageplus ou Polem… au nom du pluralisme sacré et de la sainte polysémie radiophonique… quand de tels démocrates s’expriment, on devrait fermer la radio et retourner au poste à galène à l’époque de la minute de saint-granier de vénérée mémoire… Mais mon masochisme impénitent me perdra et me voilà scotchée vendredi 10 à 13 h 50 sur francecul et j’entends… et j’entends le lamento, l’immense douleur microphonée du Plenel, qui depuis n’en dort ni mange ni baise plus, pour les neuf morts de charonne…(8 février 1962) avec tout le laius de rigueur sur l’oas infâme, la police aux ordres, maurice pinpon derechef tortionnaire, les putchistes assassins, le fascisme récurrent… bref, l’ordinaire plenellien vademecum… grandes orgues, larmes en écharpe et désinformation à tous les étages…

 

Une fois de plus l’envie de gerber… non sur les neuf, non sur les flics, mais sur plenel… car… car sans avoir la prétention de ne jamais avoir raté une seconde de francecul depuis trente ans, j’ai point vraiment le souvenir d’un tel lamento éploré, d’une si grande émotion lacrymogène dans les yeux de mr l’ex du Monde pour les 100 millions de morts du communisme… ceux-là, ils sont morts du mauvais côté de la grille de métro...

Je conserve ladite chronique, avec tous les trémolos de rigueur, sur mon disque dur, pour l’édification des générations futures, pour témoigner de l’horreur médiatique « francecul-lemonde-plenel » en 2006, ici, en France… (à propos, quel est le mode d'emploi pour éventuellement le diffuser sur mon blog ?) à consommer avec excès pour se vacciner définitivement contre la veulerie mensongère d’un état de droite qui laisse la radio diffuser en boucle le mensonge d’état de journalistes de gauche…

 

Lou vaccinée… et fatiguée… (vous aviez remarqué ?)...

 

 

 

 

 

 

 

 

samedi, 11 février 2006

Max la menace...

Article de Max Gallo dans Le Figaro du 8 janvier : « La Cène est une parade de mode. Un pape agonisant fut objet de sarcasmes. Le chrétien est meurtri, il souffre dans sa foi et, au plus intime de lui-même, de ces profanations. Mais il a appris à tourner la tête… »

 

C’est bien là le problème, dans cette démission des autorités catholiques et des foules (quart de foules aujourd’hui) chrétiennes si mal dirigées. Et le tort de Max Gallo, pourtant si juste souvent, est de laisser croire que les chrétiens (ou musulmans, ou juifs) voudraient leur religion intouchable. Ils ne la veulent pas intouchable (à preuve les milliers de livres de penseurs, essayistes, philosophes qui discutent et débattent en toute liberté et depuis des siècles de la vérité ou non des religions ou de l’existence de Dieu, ce qui n’a jamais produit aucun tumulte), ils veulent simplement le respect. Et le respect ne signifie pas soumission. Pour un croyant, sa religion et son Dieu sont autant et plus que lui-même ou que son père ou sa mère. Max Gallo acceptera sans doute une biographie exacte et juste et mesurée de sa mère ou que des prises de position de son père soient discutées. Acceptera-t-il qu’une caricature les montre l’un et l’autre en train de s’envoyer en l’air dans toutes les positions ou dans des postures fausses, excessives ou dégradantes ? Se contentera-t-il de « tourner la tête » pieusement ? Si ma mère est une putain (hommage à jean Eustache… enfin, hommage… !) (et hommage à Brassens…il s’en fallut de peu mon cher que cett’ putain ne fût ta mère…), je peux à la rigueur entendre dire par d’autres qu’elle est une prostituée ou qu’elle exerce le plus vieux métier du monde, j’aurai par contre du mal à m’entendre traiter de « fille de pute » ou à supporter quelque infâmant « la putain de ta mère » ! C’est pas plus compliqué que ça.

 

Un peu plus loin, Gallo évoque un « autre fanatisme… celui de la Terreur et de la guillotine ». Il doit donc en tirer la conséquence que le fanatisme n’est pas l’apanage des religions et qu’il y a donc des dieux et des religions qui fleurissent et s’épanouissent loin des clochers ou des minarets. Et d’ailleurs, la façon dont lui-même utilise le mot « démocratie » comme s’il allait toujours et nécessairement de soi (« …cette liberté d’expression qui est toujours la pierre de touche de la démocratie ») n’est pas loin de toucher au sacré… Et les fanatiques de la démocratie, excuse-moi max, valent encore moins que les autres car au fanatisme ils ajoutent l’hypocrisie… En outre, s’il y a des fanatiques de la démocratie, à quoi peut bien servir la laïcité…

 

Bonne nuit les petits…

 

Lou maximisée…

 

vendredi, 10 février 2006

Charlie-magot...

Ah ! qu’il était fringant, mercredi soir, à C dans l’air, le grand Valyatollah de Charlie-Hebdo… Pensez donc, 400.000 exemplaires, ça vous requinque son homme.. Tu vas peut-être pouvoir passer à 6000 euros par mois, Philippe… C’est madame qui va être contente… surtout que la semaine prochaine, avec les caricatures antisionistes des iraniens, tu devrais encore faire un tabac… Y a aussi les Protocoles des sages de Sion dont les droits sont libres, je crois… Et peut-être, pour dans quinze jours, un vieux recueil de blagues juives sur les bougnouls et les ratons… Paraît que les russes en ont de désopilantes sur les tchetchènes... Faut battre le fer quand il est chaud, Philippe… Et puis la Suisse, c’est comme partout, un jour ils peuvent changer les règles des dépôts bancaires et alors il sera trop tard …

 

Bon, ceci dit, pour le fun… venons-en aux choses sérieuses : chez Calvi, pendant le reportage, ce fut d'abord hyper-méga-jouissif d’entendre Siné et sa tronche de faux pochetron de gauche s’écrier dans une spontanéité admirable : « On est chez nous ! » ! J’ai bien ré-écouté la bande, il m’a semblé entendre en écho, mais j’en suis pas vraiment sûre : « La France aux Français ! »... C’est Jean-Marie qui va être content ! Paraîtrait que la barbe au viux Drumont aurait frétillé de plaisir...

 

Quant à Val, il fut, une fois de plus, mâchoire volontaire et regard profond, il fut superbe, avec des sentences à graver définitivement dans la merde, comme par exemple : « nous sommes des modérés exigeants… faire respecter les principes, en quoi ça peut être intégriste ?… des dessins imposés par la haine raciale et qui veulent qu’Israël soit rayé de la carte… l’exercice de la liberté n’est pas une provocation… »

 

Bon, on reprend tout dans l’ordre ? En avant : « modéré exigeant », sur le coup, j'ai cru à du Bayrou ! "Modéré exigeant", c’est quand on a pas les couilles de s’assumer intégriste de la démocratie ; « faire respecter les principes, en quoi ça peut être intégriste ? » n’importe quel fondamentaliste musulman, adventiste du 7° jour ou césaro-lefébvriste doit pouvoir contresigner cette noble affirmation ; « des dessins imposés par la haine raciale et qui veulent qu’Israël soit rayé de la carte », tu modifies deux trois mots, et ça donne le programme permanent de Charlie-Hebdo : « des dessins imposés par la haine antireligieuse et qui veulent que les religions soient rayées de l’humanité » . Quant à « l’exercice de la liberté n’est pas une provocation », c’est le genre de grands impératifs catégoriques des sectateurs de Kant qui, voulant se croire au ciel des idées, oublient que la liberté s’exerce dans le réel, en situation comme disait le vieux, et que le réel est mille fois plus compliqué et instable et inflammable et dangereux que les blanches mains et la probité candide des idéologues charlesques à la noix.

 

Philippe, tout bien réfléchi, tes 4 bâtons par mois, tu les mérites même pas…

 

Lou radine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jeudi, 09 février 2006

Trop prévisible connerie...

Libé, 8 janvier. L’immanquable pierre marcelle, passant de conchiage en crapulerie, nous assène cette subtile distinction entre « la réalité du génocide des Juifs par les nazis et la chimère d’un dogme ». Ce qui signifie, pour lui, naturellement, qu’on peut recouvrir de merde les religions et divinités mais que l’on doit absolument « touche pas à ma shoah ».

Ce qu’oublie marcelle dans son rationalisme court et borné, c’est de prendre en compte quelques petites choses :

-son raisonnement ne vaut que pour lui. Le dogme n’est chimère que pour un athée « enlumiéré » jusqu’au trognon par deux cents ans d’école sans dieu et de lecture quotidienne de La Croix.

-cette prétention à disqualifier la religion aussi radicalement, mais sans le plus petit argument, est elle-même d’un dogmatisme affligeant.

-pour tout croyant, sa religion ou son dieu est mille fois plus vrai, réel et respectable que tous les pierre marcelles du monde.

Marcelle aurait écouté Régis Debray, lundi matin sur francecul, il comprendrait peut-être la distinction entre opinion et conviction. Dans la conviction, la vie entière est engagée, avec sa raison, mais aussi son irrationalité et ses affects… Ca veut pas dire pour autant qu’on doit pas y toucher et qu’il ne doit y avoir aucun débat de fond, ça veut dire simplement, mais un trou du cul a forcément du mal à comprendre ça, qu’on peut y toucher « avec respect ». Et si la caricature est forcément irrespectueuse, peut-être faut-il tout simplement, dans certaines circonstances, se priver de caricature…

Lou  censeure…

Chevalier Lévy de la Barre...

Libé, hélas, toujours et encore. 8 février. Il eût été surpenant de ne point entendre causer du chevalier de la Barre et de sa langue arrachée… C’est Maître Lévy qui s’y colle… Passons. Il écrit ceci, cependant, qui mérite commentaire : « La religion s’échappe ainsi de la sphère privée qui est la sienne et s’empare à nouveau de la vie publique. » Hola, tout beau ! mais qui donc a décrété que la religion devait s’en tenir à la sphère privée sinon les anti-religieux ! Cela n’est une évidence que pour eux. Les religieux, eux, n’ont jamais dit ça. Omnia instaurare in Christo disait Pie X. Et toute la saloperie de Lévy consiste à faire croire que cela, c’est de la théocratie. La théocratie, cher avocaillon, faudra peut-être retourner aux cours de première année de droit constitutionnel, c’est quand le religieux absorbe le politique. L’état chrétien, c’est celui dans lequel le souverain se réfère aux valeurs chrétiennes tout en maintenant l’autonomie et l’indépendance du pouvoir religieux et du pouvoir politique chacun dans sa sphère.

 

Quant à la phrase du baron d’Holbach que cite Lévy en conclusion de sa bafouille : »Quand on voudra s’occuper utilement du bonheur des hommes, c’est par les dieux du ciel que la réforme devra commencer. », on lui rappellera que c’est par là que le marxisme a commencé et que ça a pas spécialement réussi…

 

Lou mal barrée…

 

mercredi, 08 février 2006

Tariq Ramadan...

Eh bien voilà : globalement, me voici d'accord avec l'article de Tariq Ramadan dans Libé du 8 février... ("Caricatures à traits tirés")! A quelques mots près, c'est exactement... ce que je dis...! Le choc des civilisations n'est pas inévitable, il suffirait d'un peu de raison et de respect pour que tout se calme. Problème : la raison est pas évidente côté foules musulmanes et le respect encore moins côté médias bobos-gauchos, mais bon... on peut rêver...

A mon avis, mais là, le tariq me suivra sûrement pas, il eût suffi également de mener d'autres politiques d'immigration que celles qu'ont menées nos irresponsables politiciens depuis trente ans...

Lou tariquée...

Violences conjugales : un rapport... interrompu !

Rapport d’amnesty international : près de 400 femmes assassinées chaque année, en France, dans le cadre de violences conjugales, et une augmentation vertigineuse desdites violences depuis quelques années…

 

Dommage que les d’ordinaire si fins limiers d’amnesty international ne poussent pas leur analyse sociologique jusqu’à faire entrer en jeu des paramètres « ethniques »… Il est vrai que cela permettrait sans doute de trop bien comprendre ces évolutions et de trop bien réfléchir à leurs remèdes…

 

Lou amnistiée…

 

Saint Jacques...

Désolée, le "got" c'était le "magot"... (note précédente).

Lou coquillée...

Adieu, Jézé, j't'aimais pas bien...

Ils sont vraiment trop, ces mecs, rois de la déontologie, princes du respect dû au lecteur , champions de la transparence, vitriers de père en fils… et voilà que, viré comme un malpropre, le Jézégabel de Télérama (8 février, p. 4) vient nous dire « au revoir » dans un ultime édito… J’étais prête à sortir les mouchoirs de coton, à y aller moi aussi de ma larme, on finit par s’attendrir quand même sur ces petites bêtes… et au lieu de ça, me voilà remontée comme jamais et nauséeuse à souhait avec mon vomi récurrent qui me reprend… gare à tes pompes, Jézé, j’ vas gerber dessus…

 

Car, au lieu de nous passer la brosse gnangnan sur cette introuvable « relation à distance » que tu as établi, paraît-il avec tes lecteurs, et qui… et que…etc… , on eut aimé savoir deux choses, cher Marco :-1/ les raisons de ta déculottée ; -2 le montant du transfert. Et ça, malgré toute la grande estime que tu nous portes, on le saura pas : -le montant du transfert parce que t’aurais trop honte, mr le bobo chialeur de pauvres, de nous raconter tout le fric puant du mercato des médias et le got que tu emportes dans tes bagages... ; -les raisons de ta mise à pied, parce que, bien sûr, courageux mais pas téméraire, tu veux sûrement pas te griller d’autres portes, d’autres jolies sinécures bien rémunérées chez les voisins d’à côté ou chez les mêmes…il est si grand le groupe Le Monde… La vérité due au lecteur attendra encore, n’est-ce-pas ? Dans trente ans, tu nous lâcheras ça dans tes mémoires… Primum vivere… Beuark… !! trop tard, j’ai gerbé.

 

Lou gerbille…

 

mardi, 07 février 2006

Boum !

Après Marcelle de Libé, Greilsamer du Monde, (6 février). Les cons se suivent et se ressemblent. Sauf qu’au Monde, un peu serré du cul, on ne « conchie » pas les idoles, mais on plaide pour le bête et méchant et l’esprit libertaire

 

Et greilsamer de chialer à gros bouillons : « le meilleur est derrière nous… l’heure est à la morale… il n’y a plus de discussions… le rire est désormais interdit… dessinateurs, refermez vos plumiers… ». On aimerait surtout que greilsamer ferme enfin sa gueule ou qu’il comprenne que le bête et le méchant (qu’il adore quand ils viennent de chez cavanna ou gébé) ne peuvent rendre que le camp d’en face au moins aussi bête et aussi méchant. On aimerait qu’il réalise un jour que se réjouir des caricatures anticatholiques ou antimusulmanes c’est forcément, dans le même mouvement, se réjouir des caricatures antisémites qui, celles-là, comme c’est étrange !, le gênent… On aimerait qu’il fasse cinq minutes de sémantique pour apprendre la différence entre discussion et dérision. On aimerait qu’il comprenne que la dérision des intellos qui prend pour objet le sacré tel que le vit le peuple est à la fois une saloperie et un baril de poudre… On aimerait enfin que la mèche soit assez longue pour offrir un joli feu d’artifice aux salles de rédaction…

 

Lou explosive.

 

Y a bon, Mahomet !

Deux mots d’étonnement : a-t-on remarqué comment les mêmes dont les poils se hérissent devant l’abominable censure qui prétendrait interdire de caricaturer la religion, les mêmes, dis-je, n’ont pas dit un mot, pas soulevé un sourcil ombrageux ni rameuté les tam-tams médiatiques lorsque le jingle « y a bon banania ! » a été interdit au nom de l’antiracisme… et des abominables souvenirs de la colonisation…

 

Censure en-deçà des Pyrénées, liberté au-delà…

 

Lou catalane…

 

lundi, 06 février 2006

Marcelle, si t'avais des ailes...

Libé du 2 février, l’habituelle petite crotte du pierre marcelle de service. Consacrée, bien sûr, aux caricatures mahométiennes… et qui s’achève par cette magistrale affirmation : « Mais, de la démocratie, on attend d’abord et surtout sinon seulement qu’elle préserve, du citoyen, le droit de conchier toutes les idoles. »
Tout le problème étant quand même de savoir qui définit l’idole… Dans ce monde individualiste qui est le notre, dans cette assomption de la subjectivité qui fonde la démocratie, et qui fait que je suis moi-même la mesure de toutes choses, l’idole sera cela ou celui ou celle que je déciderai. Si c’est mahomet ou jehovah ou jésus, pierre marcelle sautera de joie et disséminera sa fécalité proliférante et pestilentielle sur les icônes sacrées, en se prenant pour georges bataille… Si c’est la déclaration des doits de l’homme, ou amnesty international, ou l’holocauste, ou les homos, ou pierre marcelle soi-même, il courra sans doute interpeller le procureur de la république le plus proche pour que cesse cette infâmie…
Si pierre marcelle était moins con, on lui suggèrerait qu’au droit de conchier et donc de mépriser, d’avilir, d’humilier, on doit préférer le droit de discuter, de négocier, de débattre, et que c’est même cela que l’on appelle parfois démocratie… Mais les grands démocrates auto-proclamés de son gabarit ne sont souvent hélas que de petits étrons nauséabonds dont le démocratisme n’est rien autre que le masque grimaçant du minable  ressentiment …
Lou ailée…
 
 
 

dimanche, 05 février 2006

Charlie-Hergé, même combat...

Je voudrais pas dire, mais tu prends Charlie de cette semaine (1/2/2006), page 9 ; tu mates cinq minutes la colonne de Riad Sattouf… la tronche et le discours de la reubeuh de service… ça serait pas, par hasard, un brin raciste abominable… ? : « Ti rigarde ton koupain et ti dis « y a un problème avec le voile » ji entendu ! kess ça peut ti foutre !!! Ci pas ton problême ! »

 

Mais que fait donc Mouloud Aounit ? Que fait Philippe Val ? Faudrait voir de réprimer vite fait cette abomination colonialo-raciste… Si la taubirette vient à passer par là, ça va chier grave… Ah ! mais j’oubliais… la taubirette elle s’occupe que des blacks, et encore, à condition qu’il y ait la télé… chacun son truc… c’est compliqué, putain, l’antiracisme ! Après «  tintin au congo », c’est « sattouf dans l’ métro »… la censure a encore de beaux jours devant elle…

 

Lou cafteuse…